Exposition “Tous Vivants” de Thierry Bisch aux Grands Chais Monégasques

Didier Viltart et la Ferus Gallery sont très heureux de vous présenter une exceptionnelle exposition des dessins de Thierry Bisch aux Grands Chais Monégasques.

 

L’artiste peintre, réputé internationalement pour ses portraits animaliers, déclinera pour son exposition “Tous Vivants” plusieurs dizaines de dessins sur papier.

 

C’est avec toute sa passion vivace pour la préservation de la biodiversité que Thierry Bisch a croqué ici les postures de différentes “Bêtes”, telles que des éléphants, panthères, ours, tigres, ratons, buffles, etc…

 

“Tous Vivants” induit instantanément dans notre psyché une notion de solidarité : ce sont deux petits mots pour dire “Bienvenue” (dans la communauté des vivants), mais aussi – face à la fragilité de ces petits êtres que met en exergue la délicatesse du papier – “Arrêtez-tout !” : arrêtez la destruction des habitats sauvage, de la biodiversité, des guerres et autres folies humaines.

 

Thierry Bisch et la Ferus Gallery présenteront en avant-première à Monaco, grâce aux Grands Chais Monégasques, 33 dessins inédits :

 

7 dessins sur papier Népal 170 gr
10 dessins sur papier vergés 140 gr
1 dessin sur papier Canson
2 dessins sur papier Arche
13 petits dessins

 

Exposition visible jusqu’au 31 mai 2022.

 

 

Les bêtes de Thierry Bisch

 

Dans les années 80 à New York, il n’était pas rare de rencontrer des marchands aguerris, sûrs d’eux et Maîtres incontestés du marché de l’art de l’époque qui à la question : « Que faut-il acheter aujourd’hui ? » vous répondaient :

 

– Vous devez être focus sur les trois I : les Inventeurs, les Imitateurs et les Idiots ; collectionnez les inventeurs, c’est eux qui resteront, c’est eux qui vaudront de l’argent.

 

J’ai rencontré Thierry Bisch il y a 25 ans à Paris. C’était l’époque où il commençait à produire ses portraits d’animaux, lesquels portraits étaient regardés avec dédain par les tenants de l’Art Contemporain de la scène artistique parisienne. C’était l’époque où je m’occupais de l’émergence de l’Art Contemporain chinois que les mêmes experts ne voulaient pas reconnaître.

 

Nous avons continué notre collaboration, Thierry a continué à peindre ses animaux.

 

Quand il écrit son texte fondateur sur la naissance de l’Art et la grotte de Lascaux, George Bataille a cette formule sublime ; « l’homme paré du prestige de la bête !». Aujourd’hui, où une cohorte « d’idiots » nous peint des lions fumant le cigare où nous « sculpte » des gorilles brandissant des barils de pétrole, futilité, kitsch bon marché, ces idiots sont non seulement ridicules mais ils se permettent en plus d’insulter la bête avec nos propres vices, l’œuvre de Thierry Bisch sonne comme un rappel à l’ordre. Délaissant les contraintes, les à-priori et les on-dit, Thierry Bisch opère un retour salvateur vers l’essentiel ; les bêtes, rien que les bêtes, Lion, Taureau, Ours, qui, dans une exubérance maitrisée, fruit de la totale liberté de l’artiste nous invitent à jouer avec elles. Attention cependant, regardez bien les bêtes de Thierry, faites bien attention, elles peuvent à tout instant vous sauter à la gorge.

 

Et pour terminer il faut parler des marchands, sans guillemets et sans majuscules, les marchands qui hier jugeaient avec dédain une œuvre figurative, des portraits d’animaux – déjà qu’en France l’histoire de l’art a toujours eut un problème avec l’art du portrait alors pensez-donc des animaux en plus ! – ces même marchands qui regardent avec des yeux énamourés et compulsifs les moutons de Lalanne qui s’arrachent aujourd’hui à des prix exorbitants, Mêêêêê répondent-ils quand on leur présente que ce ne sont « que des moutons »… y’a pas de Mêêêêê disait l’autre.

 

Didier Viltart – mars 2022

 

 

Exposition Thierry Bisch aux Grands Chais Monégasques

Exposition Thierry Bisch aux Grands Chais Monégasques

ferusgallery06
No Comments

Post a Comment