L'Arsenic, une peinture de Jean-Jacques Waldispuhl

Jean-Jacques Waldispuhl

Exposition Exceptionnelle

 

Du 19 au 31 octobre 2019

 

Ferus Gallery vous invite à la découverte du peintre Jean-Jacques Waldispuhl né en 1946 à Nice.
Influencé par Turner, Pollock mais aussi Pierre Soulages et les peintres flamands maître du clair-obscur, Jean-Jacques Waldispuhl a su trouver son propre chemin à travers un chaos apparent et créer une œuvre profondément originale qui doit autant à la peinture qu’à la musique et aux mots.

 

“La bousculade des couleurs, des notes et des mots. Vivre avec mon chaos.

 

C’est en octobre 1946 que tout a débuté, le jour où je suis né à Nice. Tôt, j’ai compris que ce monde ne me correspondait pas. Je ressentais un vide sans savoir pourquoi. Difficile d’être comme les autres. J’ai vécu en parallèle de ma famille et de mon entourage. Il me faudra attendre la quarantaine pour communiquer avec moi. Après, un intérêt particulier pour la photographie, un heureux hasard m’a fait rencontrer la peinture, était-ce bien un hasard ?

 

Ce fut un moment décisif.

 

Ce fut le début de mon histoire artistique. J’ai pu redonner du sens à ma vie.

 

Ce jeu, car c’était un jeu, est devenu une passion. J’ai suivi des cours de peinture afin d’en maîtriser les techniques. Mon travail est devenu de plus en plus personnel, passant du figuratif à ma façon de voir l’abstrait, miroir de mon inconscient. La musique a été très rapidement indispensable à ma création ouvrant la porte vers un état hypnotique. Là, sont apparues les couleurs et les formes, dont je ne comprenais pas le sens, qui devenaient mon alchimie. Je prenais du plaisir à être, dans la découverte de la matière, dans ce médium qu’est la peinture. Mon imaginaire me faisait visiter le cosmos, je retrouvais dans cette immensité, des influences de W. Turner, puis de J. Pollock. Mon travail évolua dans le sombre, le clair-obscur flamand, j’explorais le noir à la manière de P. Soulages. J’ai voulu en tirer de la lumière. J’en suis là aujourd’hui. C’est ce que je veux partager avec vous.”

 

Jean-Jacques Waldispuhl 2019

 

 

Samedi 19 octobre 2019 – Vernissage

Exposition du 19 au 31 Octobre 2019

 

Contact :

 

Ferus Gallery

Didier Viltart

Port de Saint Jean Cap Ferrat

Téléphone : 06 15 48 61 66

ferusgallery06@gmail.com

 

 

 

 

Détails des tableaux exposés :

 

« Le Chaos intérieur » – huile sur toile de lin – 200 x 90 cm – juin 2018

 

 

« L’arsenic » – huile sur toile de lin – 130 x 97 cm – février 2019

 

 

L’ARSENIC

 

 

Le barrage s’est ouvert !

 

Ma drogue, mon soleil, mon enfer, chaud, glacial, c’est mon arsenic qui rougeoie.

L’inspiration me guide vers une palette de couleurs, c’est le début de l’histoire, le prologue.

Le rouge profond est bien, il m’énerve, je tente de l’apaiser. Cet arsenic venant du fond de ma création se métamorphose. Ma couleur empreinte des chemins choisis.

 

Des ondes glaciales ininterprétables apparaissent à la surface de la toile. L’arsenic est traversé par la lame de l’épée qui fond à la chaleur solaire. Les molécules colorées s’en échappent comme une rose frêle prête à faner. Le brillant du soleil éveille le matin brouillard apaisé dans l’eau calme d’une mer pleine d’arsenic.

 

L’arsenic est mon amalgame, l’expérience d’un tout créatif sensoriel.

 

Je crée l’image de ma peur. Cette peur m’attire avec la puissance effrayante aiguë et glacée.

L’apaisement apparaît dans ce fond bleu, le bleu de l’eau, de la fluidité du plaisir, tandis que le jour orangé se lève dans la dissipation de gros nuages noirs de ma colère douloureuse.

Voici les ingrédients de cet arsenic obsédant, utile à ma création, le mal pour connaître le plaisir. L’image du Tout qui me fait résilient.

 

” La conscience qui renaît après le voyage nocturne en mer.” Marie Louise Von Franz

 

 

« Retour au calme intérieur ou toile de Greg » – huile sur toile de Lin – 130 x 97 cm – juin 2017

 

 

RETOUR DU CALME INTÉRIEUR OU LA TOILE DE GREG

 

 

Cette toile est une toile étape de ma création. Elle évoque les fils barbelés d’une prison dorée où je n’existais pas.

 

Je fantasmais sur une réalité qui me semblait interdite. Cette création fut un jalon fondamental dans l’ancrage puis la construction de ma liberté intérieure : la mise en place d’un schéma artistique.

 

La toile blanche à plat, j’ai posé diverses matières pèle mêle, des morceaux de cordage, j’ai étalé des papiers sans orientation que j’ai ensuite collé et tout en écoutant ma musique, mon alchimie première, j’ai posé de la colère, des tas de couleurs, j’étais bien.

 

Je plongeais dans ce merveilleux chaos de couleurs et de notes enchevêtrées à qui ma main inconsciemment donnait vie. Tous ces ingrédients posés, sans vraiment savoir pourquoi, devenaient lumière. Je percevais une réalité, tout avait une signification.

 

C’est bien longtemps après que j’ai pu retracer, avec cette toile, une page d’histoire de ma vie en observant profondément, avec grande émotion, ce moment. Moment obscur et pourtant si réel maintenant.

 

Rien n’est anodin, tout est souvenirs que mon émotion met en lumière, que je ne sais exprimer qu’avec de la couleur, des notes et des mots. C’est ce que je veux partager avec vous, vous, Greg et moi.

ferusgallery06
No Comments

Post a Comment